A quinze jours du départ de son premier Vendée Globe, Manuel Cousin et son équipe se livrent aux derniers préparatifs. Côté avitaillement, une vingtaine de sacs sont déjà installés à bord depuis la semaine dernière. Il reste à embarquer les objets personnels qui accompagneront le skipper durant son tour du monde. Il faut savoir que la mer a bercé la famille Cousin depuis des générations.

La mer, une histoire de famille

« Dans mes plus lointains souvenirs, la mer a toujours été présente dans ma vie. A l’âge de 5 ans, j’ai vu mon grand-père construire son propre bateau. Lorsque j’étais enfant, je passais mes vacances en Bretagne avec mes parents, tout près de Saint-Malo. Mon oncle était moniteur de voile et c’est avec lui que j’ai tiré mes premiers bords. Ce sont ces images d’enfance, avec mes cousins et cousines sur un Optimist, qui ont, je pense, déclenché ma passion pour la voile. Plus tard, j’ai eu la chance également d’assister à de nombreux départs de courses avec mes parents, notamment la Route du Rhum. Je pense que cet environnement familial a beaucoup contribué à ce que je sois aujourd’hui marin professionnel. »

De la musique, des podcasts, et quelques objets personnels

« Je vais emmener peu d’objets personnels mais comme ma famille et mes amis tiennent une place importante dans ma vie, je leurs ai demandé de réaliser une sélection musicale qui me ressemble avec, par exemple, des titres de Véronique Samson. J’aime beaucoup « Chanson sur ma drôle de vie ». La musique est joyeuse, cette chanson me ressemble, et c’est une artiste que j’admire. » précise le skipper.

Manuel Cousin a prévu également de mettre dans sa valise une belle sélection de podcasts, notamment ceux des Grosses Têtes. Côté littérature, il avoue avoir une prédilection pour les récits d’aventures sportives. Quoi de plus naturel qu’il embarque avec lui le magnifique livre de Elisabeth Revol, Vivre, un récit poignant et une ode à la survie en milieu hostile.

« Concernant les objets personnels, je ne prendrai que Madeleine Sourire, une petite pieuvre en peluche. C’était un doudou de ma fille qui a maintenant 22 ans, et qui me suit depuis toujours dans mes navigations. »

Mon père ce héros

Alors qu’il se prépare mentalement à ce tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance, Manuel Cousin mesure à quel point son père a joué un rôle important dans ce qu’il s’apprête à vivre.

« Mon père est parti trop tôt. Il comptait énormément, c’était un exemple pour moi. J’avais l’habitude d’être toujours à ses côtés. Il aimait la technique et j’ai appris énormément grâce à lui.  Il aurait été tellement fier et heureux de ce que je peux vivre aujourd’hui. J’aime à penser qu’il m’accompagne. »

Entretien avec manuel Cousin, en toute intimité

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *