Au bout du monde, à l’approche de l’antiméridien

,

Manuel Cousin devrait passer deux 1er janvier à suivre sur Groupe Sétin :

« Je suis un des premiers à avoir changé d’année parce que je suis sous la Nouvelle-Zélande. Mais j’aurai le droit à deux 1er janvier parce que je ne suis pas trop loin de l’antiméridien : je devrais le passer ce soir ! Comme ça vous pourrez me fêter la bonne année demain aussi… C’est assez drôle l’antiméridien.

De belles conditions de navigation

“Hier, je suis monté un peu volontairement vers le Nord-Est pour travailler sur mes safrans qui m’interpellent toujours. J’ai pu faire un peu de stratification sans trop m’arrêter. J’ai pu fêter le nouvel an avec 25 nœuds de vent sur une mer tranquille. Et maintenant, je suis devant un petit front : ça pousse bien !

Seul au monde ce 1er janvier

“Il n’y a personne autour de moi depuis que je me suis arrêté une douzaine d’heures pour mes safrans au Sud de l’Australie. Depuis, je cours après le temps et les autres : c’était déjà compliqué avec un bateau en état par rapport à des monocoques qui pouvaient aller plus vite que moi, mais maintenant, je ne vais pas les rattraper !”

“Ce n’est pas grave car je vois le bout du « tunnel » : sur ma cartographie, je vois plus facilement le cap Horn que le cap de Bonne-Espérance et c’est bon signe… Le but avant tout, c’est de revenir aux Sables d’Olonne en état et je pense qu’en Atlantique, les choses seront plus facile à gérer si j’ai encore des problèmes de safran. »

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *