Une course très physique

Après un départ dans la brise ce dimanche 3 juin devant le Musée Océanographique de Monaco, les neuf Imoca vont rapidement rencontré des conditions météo difficiles, avec alternance d’orages, de grains et un vent très inégal. En effet,  les jours se suivent et ne se ressemblent pas sur cette première course du Championnat du monde. La Monaco Globe Series se court en double, sans escale et sans assistance. Cette boucle de près de 1000 milles en Méditerranée est avant tout qualificative pour le Vendée Globe; la pression est donc bien réelle.

Un classement changeant

Un jeu de chaises musicales les attend. Le classement évolue rapidement, et la course nécessite une attention de tous les instants. « L’axe du parcours va traverser deux systèmes météo » précise la direction de course. Les modifications de bouées se succèdent et la météo impose un rythme effréné aux skippers qui sont obligés de changer sans cesse les voiles pour adapter le bateau aux allures les plus compétitives.

La combativité est payante

Après une dernière nuit intense, Groupe Sétin réussit à remonter le classement en seulement quelques heures jusqu’à la cinquième place, malgré la fatigue accumulée, et ce devant deux foilers. Le petit temps, la combativité et l’expérience du large des deux marins, aura permis cette remontée spectaculaire qui les positionne finalement à la 6 ème place de cette première épreuve du championnat Imoca. Une belle réussite et un beau présage pour l’avenir.

« Cette dernière nuit a été décisive. Une course en Méditerranée telle que la Monaco globe series met le mental à l’épreuve et la technique au premier plan. Une expérience qui compte car je serai mieux armé pour tirer le meilleur parti du bateau, indique Manu Cousin, à fond dans le projet. Nous formons Alan Roura et moi, un duo complémentaire. J’espère que nous aurons l’occasion de naviguer ensemble à nouveau. »

 

 

C’est parti pour la première épreuve du championnat Imoca

C’est dans la cité monégasque que Manuel Cousin, le skipper de Groupe Sétin, vient de prendre le départ de la Monaco Globe Series. Cette première étape du championnat du monde est une épreuve qualificative pour le vendée Globe 2020. Après deux journées d’exhibition les 1er et 2 juin, le bateau a coupé la ligne de départ avec à son bord un duo prêt à en découdre avec les 8 autres concurrents. Manuel Cousin a choisi le suisse Alan Roura pour l’accompagner sur cette course.

 » Je suis ravi qu’Alan ait accepté de courir la Monaco Globe Series à mes côtés. J’ai une grande admiration pour son parcours, sa façon de mener à bien son projet, et il connaît la Méditerranée« .

Et Alan de rajouter « Je suis très heureux que Manu ait fait appel à moi pour naviguer à ses côtés à bord de Groupe Sétin. C’est quelqu’un que j’ai connu lorsque nous naviguions tous les deux en Class40, avec qui je m’entends très bien, et dont je suis admiratif du parcours ».

Un parcours exceptionnel

Cette épreuve d’environ 1000 milles est aussi la première organisé en Méditerranée pour des IMOCA. Son parcours, très technique, impose des marques de parcours qui passent par la Corse via les célèbres Bouches de Bonifacio, la Sardaigne, la Sicile, pour ensuite rallier Monaco.

Une première nuit très humide

Les premières nouvelles de l’équipage nous sont parvenues ce matin. Elles ont mis l’équipage à rude épreuve, alternant grains violents et orages. Mais ce matin, le soleil ayant refait son apparition, Manuel et Alan ont pu se reposer. Nul doute, ils continuent de se batailler pour rester dans la course. Il faut profiter du petit temps lorsqu’il se présente pour essayer de remonter les bateaux plus performants, et mettre au point des stratégies efficaces en terme de routage.

 

 

https://www.yacht-club-monaco.mc/fr/evenements/20-18/monaco-globes-series/le-classement/