Je crois que cette fois, il est bien derrière nous, ce Pot au noir !!!…… Il n’a pas été particulièrement sympa avec nous, même si dans cette histoire, nous ne sommes pas forcément, je pense, les plus à plaindre….il n’a pas été obligatoirement très dur, pas d’énorme rafale, quelques zones sans vent au programme quand même, mais surtout très long, très étalé…Les nerfs sont mis à rude épreuve et le physique aussi car il faut être attentif en permanence et tout le temps sur les réglages pour profiter de chaque risées et les phases de sommeil en sont réduites.Hier soir, en sortant de cette zone, je me suis dit que la prochaine fois que je passerai ici dans ce sens Nord Sud, je serai cette fois, seul à bord… Ce sera le Vendée Globe… Mon premlier Vendée Globe, ça fait quelque chose quand même…Dans un an pile, le départ… !Avec Gildas, on donne tout ce que l’on peut pour tirer le meilleur de notre bon et valeureux Imoca (c’est dit avec beaucoup d’affection) mais on souffre forcément d’un manque de vélocité par rapport à bons nombres de bateaux de la flotte… On aimerait tellement pouvoir glisser plus vite par moment…Ca affecte forcément les compétiteurs que nous sommes, on aimerait aussi prouver à tous les gens qui nous suivent, ce que nous sommes capables de faire sur l’eau …..Mais il faut rester lucide pour ne pas faire de bétise,  ne pas se tromper d’objectif.. (un p’tit clin d’oeil à quelqu’un qui se reconnaitra), on le savait au départ et finalement  nous sommes très fiers et heureux d’être en course et là où nous sommes…Même s’il reste encore pas mal de miles pour essayer de grapiller sur les copains,  le Brésil n’est plus si loin…(La chaleur et l’humidité ambiante qu’il fait dans le bateau en tapant ce message à la table à carte nous le rappelle)… Il faut finir cette belle transat comme nous l’avons débutée, en donnant tout ce que nous pouvons pour rejoindre Salvador au plus vite, vous pouvez comptez sur nous ;-)…
A très vite ! Manu et Gildas sur Groupe Sétin

C’est bien compliqué de naviguer dans les parages ! On avance qu’au gré des grains forts parfois….

Quand on regarde la cartographie, c’est du grand n’importe quoi….une heure on reprend des milles sur les copains, et l’heure d’après c’est arrêt aux stands ! Et tout ça sans pouvoir gérer, juste au bon vouloir des grains qui passent au dessus de notre tête !

Un côté positif, car il y en a toujours : grain qui vient à point, bonne douche le matin ! Du coup rasage de près et bonne douche sous une pluie diluvienne, histoire de bien commencer à fond cette nouvelle journée qui s’annonce encore bien tordue côté vent !

A très vite sur Groupe SETIN

Manu et Gildas

Ce matin, changement d’ambiance avec de gros nuages noirs et ciel bien gris.
En route directe vers le pot au noir à 400 miles environ, nous pensons l’atteindre ce soir ou cette nuit.
Nous filons actuellement sous grand spi, le vent est de 17/18nds de Nord/Est et nos vitesses varient entre 12 et 18nds. La mer est relativement plate depuis le Cap Vert.
Ah, le soleil a l’air de pointer le bout de son nez, il fait très très chaud et très humide, ambiance tropicale.
Nous sommes en permanence dans l’humidité, il est très difficile de faire sécher un vêtement, voir même impossible. Nos bottes sont je dirais….immettables tellement elles sont trempées d’eau de mer, nous les remettons pour la nuit afin d’être plus sécur pour les manoeuvres à l’avant, et les crocs uniquement pour la journée.

Nous sommes au taquet sur la météo de cette fameuse zone intertropicale, nous étudions les heures et jours à venir pour passer cette zone sans vent sans trop d’accros… à suivre !

On vous laisse, le bateau est sous grand spi et c’est très instable, surtout pas de “sortie de route” car ça, le bateau couché avec la quille à contre, c’est la grosse punition, on va éviter 😉

Bonne journée à tous à terre ! Manu et Gildas

Manuel et Gildas ont doublé aujourd’hui les îles du Cap Vert avec un vent de Nord-Est puissant entre 25 et 35nds ! Ambiance bien humide à bord avec le pont inondé en permanence, une mer bien blanche et formée. Tout va bien même si quelques places ont été perdues, le moral est bon. Ils font route vers le pot au noir, l’équateur, où ils seront d’ici 24H !

Tout va beaucoup mieux depuis hier soir, le vent est revenu et nous filons maintenant vers le pot au noir sur l’autoroute des Alizés ! Enfin !!

Soleil et vent, il fait environ 25 degrés maintenant, nous sommes sous grand spi, et ça bombarde pas mal ! On essaie de contenir nos concurrents les plus proches en sachant très bien que les foilers vont hélas nous enrhumer en passant ! Mais on ne va pas se laisser faire, si nous pouvons en laisser quelques uns derrière….

Tout va bien à bord, le bateau est nickel et les bonhommes aussi. Le matossage au petit matin pour empanner et piquer au sud est toujours aussi punitif, on est trempé de sueur à chaque fois, c’est le job ! Là ça file pas mal, le vent monte et le bateau accélère ! RDV au pot au noir, cap sur l’équateur maintenant !

Bon dimanche à tous ! Manu et Gildas !

Un grand merci pour vos messages !!!

Bonjour à tout le monde et bon week-end !

Petite réflexion du samedi matin après une nuit blanche et difficile…

Ce n’est pas la fête pour nous ce matin, même si tout va très bien humainement et techniquement à bord….

On n’a pas vraiment pris le temps de dormir cette nuit car jusqu’à minuit, on était sous spi depuis la fin d’après-midi avec 18 nœuds de vent et on pensait avoir passé cette dorsale anticyclonique qui nous barrait la route pour rejoindre cette bande plus ventée qui se trouve juste sous notre position et donc pouvoir s’échapper (même avec un petit décalage) avec les copains de devant…. Mais c’était sans compter sur la perversité des dieux des fichiers météo en qui nous avons cru…… mais en fait non…!!
Depuis 1H00 du matin TU (2H HF) le vent n’a eu de cesse de descendre gentiment à 18 puis 15 puis 10 nœuds pour enfin disparaître totalement… Ce qui nous a obligé à remettre le spi d’où il venait, en soute, ressortir le J1 et reprendre les tout derniers fichiers météo sortis pour comprendre pourquoi le vent qui nous était promis quelques heures avant nous laissait tomber aussi lâchement…. Ce vent que l’on avait eu tant de mal à atteindre (cette petite bande verte synonyme sur nos ordinateurs de vent un peu plus fort, contrairement à ce bleu que j’aime tant d’habitude mais qui là me dépite). Ce qui se passe, c’est que la dorsale anticyclonique descend avec nous et est en train de nous repasser dessus synonyme de pétole…. Et le pire, c’est que les copains qu’on avait réussi à laisser un peu plus haut vont descendre avec la bande verte qui reste au-dessus de nous, une bande verte au dessus, une en-dessous et nous dans le bleu….. En d’autres temps on aurait pu appeler ça…. “la tenaille”, clin d’œil cinématographique ;-).

La dorsale à l’endroit où l’on se trouve fait environ 200 milles de large, c’est long à traverser sans vent surtout quand cette bande descend en même temps que vous…. En fait, on est au mauvais endroit au mauvais moment ! Du coup, une seule chose à faire : régler au mieux notre bateau qui remue dans tous les sens dont les voiles claquent à chaque vague en attendant le retour du vent… Ce sera sûrement synonyme d’ailleurs du retour des copains de l’étage du dessus… En clair, on reprend un nouveau départ mais en laissant s’échapper ceux du dessous… Ca s’est joué à ça…  On le sait, les petits rien font parfois toute la différence ! 

Rien n’est terminé, la route est encore bien longue et le pot-au-noir encore devant nous… Espérons être plus vernis ou plus inspirés…

Les compétiteurs que nous sommes avec Gildas, sommes un peu énervés mais en relativisant, on se dit qu’on est bien là, il commence vraiment à faire bon, la mer est belle (presque trop) 😉 et on a le privilège de courir sur ces bateaux incroyables…

Alors, on va attendre le retour du vent, continuer à nous battre comme depuis le début, ne rien lâcher pour tenter une nouvelle échappée ;-).

En attendant, on vous souhaite à toutes et tous un très bon week-end (soyez prudents car pour le coup,  il y a beaucoup de vent de prévu ce week-end à la maison)..

A très vite

Biz de Manu et Gildas sur Groupe Sétin.

Manu

Coupe du monde de rugby sur Groupe SETIN

C’est vers le Sud que Manuel et Gildas ont choisi d’aller, décision rapide qui conduit notre Imoca à piquer plein sud ! Est-ce le bon choix ? Tandis que la flotte des IMOCA se séparent en deux, une partie vers l’Ouest emmenée par Hugo Boss, et l’autre vers le Sud avec Charal comme leader, pour l’instant le choix immédiat de Manuel et Gildas s’avère payant. Milles après milles, Groupe SETIN gagne des places pour être aujourd’hui 12ème ! La route sud va cependant nous apporter quelques difficultés comme ce petit anticyclone situé au large du Maroc, nous barrant un peu la route et ralentissant notre bateau.

Pendant que les nordistes changent de cap pour piquer finalement eux aussi au sud, Manuel et Gildas continuent de croire en leur bonne étoile et ne lâchent rien : “Nous faisons tout pour contenir les bateaux de derrière, contourner cet l’anticyclone nous prendrait trop de temps avec une route trop longue, nous avons choisi de le traverser, on comptera les points d’ici 24H. Beaucoup de brume et de bruine, mais températures plus clémentes !”

Bon départ pour Manu et Gildas – PHOTO FRANCOIS VAN MALLEGHEM

Bon départ pour notre duo Manuel Cousin / Gildas Morvan ! Après avoir enroulé la bouée d’Etretat, notre IMOCA Groupe SETIN filait en Manche dans une mer hachée avec 20/25nds de vent les premières 24H. Un rythme très soutenu pour cette sortie de Manche ! Le premier jour de course a été très engagé avec très peu de sommeil pour nos deux marins, la veille devant être très active en Manche avec le nombre de concurrents autour d’eux, de cargos et de bateaux de pêche. Manu et Gildas ont bien avancé sous grand gennaker quasiment toute la nuit jusqu’à Ouessant, puis le vent montant jusqu’à 35noeuds, ils ont réduit la toile passant sous J2 avant d’entamer le Golfe de Gascogne.

Une course transatlantique qui part du Havre pour se rendre au Brésil ne peut que susciter l’intérêt des normands. Dès l’ouverture du Village de la Transat Jacques Vabre, c’est l’affluence au stand de Groupe Sétin. Les visiteurs sont nombreux à se succéder pour venir chercher affiches, dédicaces de Manuel Cousin et Gildas Morvan, et discuter avec l’équipe. Alors n’hésitez-pas à venir nous voir entre le 18 et le 27 octobre !

Des visites qui ont du succès

Quel plaisir pour les membres de l’équipe d’organiser les visites du bateau pour les salariés, les clients et les partenaires ! Elles permettent d’expliquer le fonctionnement d’un IMOCA et de partager un moment intense sur un bateau vraiment puissant et complexe. Les enfants de l’Association Coup de Pouce de Pont-Audemer ont passé la journée sur le village et sont montés à bord du bateau dans l’après-midi.

Des séances de dédicaces sur le stand

Trois séances de dédicaces sont programmées sur le stand les lundi 21, jeudi 24 et vendredi 25 à 16h00. Mais si vous passez nous voir à un autre moment, vous aurez sûrement la possibilité de croiser l’un ou l’autre de nos deux skippers qui font le maximum pour se rendre disponibles auprès du public.

Séance de dédidace de Manuel Cousin sur le stand de Groupe Sétin
Un accueil toujours souriant

Après un départ prudent, Manuel Cousin et Gildas Morvan n’ont eu de cesse par la suite de remonter la flotte vers leur seul objectif : figurer dans le top 3 des non foilers et laisser derrière eux quelques IMOCA plus affutés.

Une course dans la course

“Il y a eu deux phases. La première nous a été favorable jusqu’au Fastnet, au près, dans le petit temps. Dans la deuxième, au reaching, les foilers ont pu montrer tout leur potentiel mais on a résisté à des bateaux plutôt rapides comme Time For Oceans. » précise Manuel Cousin.

Objectif atteint pour le duo

« Une première course en duo n’est jamais évidente, surtout lorsqu’il s’agit d’un parcours aussi technique que la Rolex Fastnet. Avec Gildas, on avait peu navigué ensemble avant la course, mais le courant est vite passé. Il nous faut maintenant affiner notre complémentarité. Je suis du genre impatient, et j’ai tendance à foncer en permanence. Il m’aide à prendre de la distance et à envisager la tactique différemment. » ajoute Manuel Cousin.

Toujours en tête de la course aux milles

Autre challenge de taille, la Rolex Fastnet figure au Championnat du monde des Imoca Globe Series avec la Transat Jacques Vabre à l’automne. Manuel Cousin continue donc d’engranger les milles en vue du prochain Vendée Globe et met les bouchées doubles pour rester en tête.

Autre conséquence, il est actuellement 11ème au classement général des IMOCA avec un bateau de la génération Vendée Globe 2008.

Deux courses décisives à l’automne

Groupe Sétin sera présent sur le Défi Azimut À Lorient, puis sur la Transat Jacques Vabre au Havre, course phare de la saison. Manuel Cousin a une bonne connaissance de son bateau et Gildas Morvan un œil fin sur la météo et la tactique de course. Il faudra compter sur ce duo prêt à en découdre !

Manuel Cousin et Gildas Morvan sur Groupe Sétin