Une saison plus engagée sportivement

Fort d’une saison 2018 réussie, qui lui a permis de valider toutes ses participations au Championnat du monde IMOCA, Manuel Cousin aborde 2019 avec sérénité et combativité.

Sa récente performance sur La Route du Rhum-Destination Guadeloupe est un gage de fiabilité pour le bateau et le skipper, et la saison 2019 se profile donc sous l’angle d’un engagement plus sportif visant à consolider son avance, et à se préparer pour l’objectif majeur du projet, le Vendée Globe 2020.

De la maîtrise, il en a acquis la saison passée, et il compte bien poursuivre dans cette voie en participant à toutes les courses de la saison 2019.

Un duo complémentaire avec Gildas Morvan sur la Transat Jacques Vabre

Ils sont de la même génération mais ils affichent un parcours très différent. Manuel Cousin est issu de la Class40 avec un très beau palmarès ; il s’est imposé en IMOCA la saison dernière, en démontrant qu’il faudra compter sur lui pour le Vendée Globe 2020. Gildas Morvan porte un regard affuté sur la course au large à travers un parcours hors-norme en Figaro, (quadruple champion de France de course au large en solitaire) qu’il va encore enrichir cette saison avec Niji.

Une passion commune pour l’IMOCA, catégorie reine de la course au large

« Le programme s’étoffe et le nouveau Championnat du Monde de la classe, les IMOCA Globe Series, est intéressant car il incite les marins à naviguer plus entre deux éditions du Vendée Globe. » précise Gildas Morvan qui a d’ailleurs navigué par le passé, avec Roland Jourdain et Jean Le Cam en IMOCA.

« C’est aussi l’occasion pour les non-foilers comme Groupe SETIN, de montrer que l’on peut se battre à tous les niveaux du classement et figurer en bonne position dans une classe très dynamique. Avec Gildas, nous sommes complémentaires. Son parcours est exemplaire, et je suis heureux de partager avec lui cette saison en double avec en ligne de mire la Transat Jacques Vabre. » ajoute Manuel Cousin.

« Une saison en double en IMOCA, alors que je m’engage en Figaro 3 avec Niji, c’est un challenge de plus. Avec Manu, nous nous entendons à merveille, le plaisir sera aussi au rendez-vous ». précise Gildas Morvan

Force et agilité, expérience et ténacité, un tandem affuté pour la saison 2019 !

 

Manuel Cousin vient de boucler sa première Route du Rhum sur l’IMOCA Groupe SETIN à 7h38 ce vendredi 30 novembre 2018 après 25 jours 22 heures 28 minutes de course. Il se classe ainsi 14 ème sur les 20 bateaux de sa catégorie. Un résultat satisfaisant au regard de l’objectif principal de la saison : terminer toutes les courses, et particulièrement la Route du Rhum, tout en tirant le meilleur parti du bateau.

« Je suis heureux d’avoir bouclé cette course mythique, malgré des conditions très spéciales »

 

Une course à rebondissements

« J’ai appris beaucoup de cette première transat en IMOCA, particulièrement au niveau mental. Durant cette première saison, j’ai pris le bateau en main et j’ai parcouru plus de 10 000 milles. Par contre, s’arrêter puis se replonger dans la course, alors que les autres concurrents sont déjà loin, réclame beaucoup de concentration. Heureusement, nous avons pu réaliser une course dans la course avec Romain Attanasio et Alexia Barrier, eux aussi rentrés pour réparer.” ajoute le skipper.

Veiller au grain

« J’ai veillé au grain, au propre comme au figuré. La course a été éprouvante, surtout la première semaine lorsqu’il m’a fallu rester lucide malgré des conditions physiques amoindries par un état grippal, mais elle ne m’a jamais semblé longue.

 

Objectif atteint

« Pour autant, je suis satisfait de mon résultat, car l’objectif est atteint, et le bateau a prouvé sa fiabilité.  Mis à part le problème de safran qui m’a immobilisé près d’une semaine à Camaret, j’ai pu faire face aux quelques soucis techniques que j’ai rencontré. Je me projette donc dans la prochaine saison avec sérénité et combativité, dans une classe où le niveau grimpe sans cesse. »

 

 

 

 

 

Après une période plus que musclée ces derniers jours, suivie d’un passage sans vent arrivé brutalement, Groupe Sétin file à présent dans les Alizés sous le soleil, en route directe vers la Guadeloupe.

Plusieurs fronts à passer

Manuel Cousin à dû passer plusieurs fronts, en raison des dépressions qui se sont succédées, et aller chercher les Alizés très au sud pour contourner les grains. Il a pu ainsi garantir la sécurité du bateau, éviter la casse et mettre toutes les chances de son côté afin que Groupe Sétin arrive en Guadeloupe. Après plusieurs jours d’une navigation dans les grains successifs, il s’en retrouvé dans une zone sans vent qui a mis ses nerfs à rude épreuve…Mais le marin déterminé que nous connaissons a gardé le moral !

 

Glissages vers Pointe- à-Pitre

Tout va bien à bord donc, et le plus dure est derrière lui. Manuel Cousin glisse actuellement en route directe vers Pointe-à-Pitre. Son arrivée à la Guadeloupe devrait se situer autour de mercredi 28 novembre. il a hâte d’arriver, et de remettre aux enfants de l’Association Coup de Pouce les dessins qui auront traversé l’Atlantique. Plus de précisions dans quelques jours sur l’arrivée…

Imoca Groupe Setin – Manuel Cousin – BI Route du Rhum 2018

 

Manuel Cousin a repris la course lundi dernier, 12 novembre après son arrêt technique à Camaret. Groupe SETIN est donc reparti à 8h00 en même temps que trois autres IMOCA, Charal, Pure – Famille Mary et 4My Planet, ce qui leurs permet de réaliser une course dans la course.

Toujours déterminé

On le sait, il est difficile pour un skipper de reprendre la course alors que la flotte est déjà loin, mais Manuel Cousin sait faire preuve de détermination et il est actuellement 14ème au classement général sur les 20 IMOCA engagés. Une belle performance qui le conduit en ce moment au large des côtes Finisterre, dans une mer houleuse et des conditions de navigations difficiles. Mais le bateau est fiable, et le tandem poursuit sa route avec courage.

Des conditions météo qui vont encore se dégrader

C’est de nouveau une brutale dégradation qui est attendue dans la soirée de ce mercredi avec du vent de Sud au large du Cap Finisterre, et un front actif qui devrait lever une mer dure aux abords du plateau continental. Il ne va pas faire bon d’être au large de la pointe hispanique la nuit prochaine et nombre de skippers devraient prendre une décision quant à plonger franchement vers le Sud ou à piquer vers l’Ouest pour affronter le plus rapidement et le moins longtemps ce mauvais temps à venir.

 

 

Message du bord

“Les conditions météo ne vont pas être simples dans les heures qui viennent, mais ça fait du bien d’être à nouveau en course après une si longue attente ! Quelle drôle de Route du Rhum !!! Et pour nous, elle est loin d’être terminée ! Les longues glissades sous le ciel d’alizés ont l’air bien loin dans le sud mais à chaque jour suffit sa peine. Pour le moment c’est du près et encore du près pour descendre au plus vite dans le sud.
Tout va bien à bord de Groupe SETIN, on a le droit à un peu de soleil pour l’instant.

 

 

 

Manuel Cousin fait actuellement route vers la pointe Bretagne, en raison d’une problème au niveau du safran tribord, et devrait arriver à Camaret en fin de journée.

Une avarie mineure

Dans la nuit de dimanche à lundi, il a constaté à plusieurs reprises que son safran tribord se relevait de manière intempestive, en raison d’un problème au niveau du hook. Il a donc mis le cap vers Camaret pour réparer. Il s’agit d’une avarie mineure, indique son équipe, déjà sur place. Tout devrait être rapidement réparé. Le skipper repartira dans la course dès que possible. Le moral est bon, et le bateau est fiable.

 

Le départ de la 11e édition de la Route du Rhum a été donné à 14h02, au large de la pointe du Grouin, à l’est de Saint-Malo, ce dimanche 4 novembre avec pas moins de 10 000 personnes attendues sur l’eau et à peu près autant le long de la côte. Impatient de prendre le départ, pour la première fois en solitaire sur un monocoque IMOCA, Manuel Cousin s’est élancé parmi les 123 concurrents de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe.

Le départ, un moment stressant

« Le départ d’une course, c’est toujours un moment stressant, mais j’avais à cœur de faire un bon départ, malgré la multitude de bateaux, et c’est chose faite. Il va falloir maintenant suivre la météo de près, prendre la route qui me semblera la meilleure. Mon objectif est d’arriver en Guadeloupe sur cette course mythique, pour toute l’équipe, pour notre sponsor, et aussi un peu pour moi », ajoute le skipper.

L’IMOCA Groupe SETIN est désormais lancé dans la course, mené par un skipper confiant. Mais, à l’instar d’autres concurrents de sa classe, Manuel se laisse la possibilité de faire escale à Brest ou Lorient, si les conditions météorologiques de tempête annoncée se confirment.

Plongé dans l’exaltation de la Route du Rhum dès mercredi dernier, en même temps que l’arrivée du skipper et du bateau, le Team Groupe Sétin a déployé les grands moyens pour préparer le stand, organiser les visites de l’IMOCA, et accueillir le public. Plus de 150 personnes, clients et salariés, ont déjà eu la chance de visiter ce fabuleux voilier et de poser leurs questions au skipper Manuel Cousin.

 

Un emplacement de choix, face au ponton des IMOCA

Situé devant le bateau, face à tous les IMOCA, le stand de 50 m2 attire en permanence les visiteurs venus chercher des affiches, des cartes postales, des drapeaux, et partager avec le skipper, Manuel Cousin, des instants privilégiés. Les séances de dédicaces, l’accueil personnalisé des groupes venus visiter le bateau, tout est mis en oeuvre pour que chacun reparte avec l’envie de suivre l’aventure sportive qui se prépare en coulisse.

Et quelle aventure !

Une traversée de l’Atlantique en solitaire de plus de 3542 milles nautiques, entre Saint – Malo et Pointe – à – Pitre en Guadeloupe. Une course mythique, qui réunit pas moins de 123 bateaux dont seulement 20 IMOCA !

“Etre au départ de la Route du Rhum, c’est déjà en soit une victoire” souligne Manuel Cousin. ” L’objectif principal est de terminer cette course, afin de marquer des points au Championnat du Monde IMOCA et de figurer ainsi parmi les concurrents du prochain Vendée Globe en 2020.”

Et comme il n’y a pas de course sans compétition, nul doute que Manu sortira ses armes pour se battre contre les bateaux de même génération lorsqu’il prendra le départ le 4 novembre prochain.

Mais pour l’instant, place à la fête durant 10 jours avec en prémices, le Baptême tellement émouvant de Groupe Sétin, en présence de son parrain Eric Loizeau et de sa marraine Catherine Chabaud. A suivre dans un autre article très prochainement !

 

Une course très physique

Après un départ dans la brise ce dimanche 3 juin devant le Musée Océanographique de Monaco, les neuf Imoca vont rapidement rencontré des conditions météo difficiles, avec alternance d’orages, de grains et un vent très inégal. En effet,  les jours se suivent et ne se ressemblent pas sur cette première course du Championnat du monde. La Monaco Globe Series se court en double, sans escale et sans assistance. Cette boucle de près de 1000 milles en Méditerranée est avant tout qualificative pour le Vendée Globe; la pression est donc bien réelle.

Un classement changeant

Un jeu de chaises musicales les attend. Le classement évolue rapidement, et la course nécessite une attention de tous les instants. “L’axe du parcours va traverser deux systèmes météo” précise la direction de course. Les modifications de bouées se succèdent et la météo impose un rythme effréné aux skippers qui sont obligés de changer sans cesse les voiles pour adapter le bateau aux allures les plus compétitives.

La combativité est payante

Après une dernière nuit intense, Groupe Sétin réussit à remonter le classement en seulement quelques heures jusqu’à la cinquième place, malgré la fatigue accumulée, et ce devant deux foilers. Le petit temps, la combativité et l’expérience du large des deux marins, aura permis cette remontée spectaculaire qui les positionne finalement à la 6 ème place de cette première épreuve du championnat Imoca. Une belle réussite et un beau présage pour l’avenir.

« Cette dernière nuit a été décisive. Une course en Méditerranée telle que la Monaco globe series met le mental à l’épreuve et la technique au premier plan. Une expérience qui compte car je serai mieux armé pour tirer le meilleur parti du bateau, indique Manu Cousin, à fond dans le projet. Nous formons Alan Roura et moi, un duo complémentaire. J’espère que nous aurons l’occasion de naviguer ensemble à nouveau. »

 

 

C’est parti pour la première épreuve du championnat Imoca

C’est dans la cité monégasque que Manuel Cousin, le skipper de Groupe Sétin, vient de prendre le départ de la Monaco Globe Series. Cette première étape du championnat du monde est une épreuve qualificative pour le vendée Globe 2020. Après deux journées d’exhibition les 1er et 2 juin, le bateau a coupé la ligne de départ avec à son bord un duo prêt à en découdre avec les 8 autres concurrents. Manuel Cousin a choisi le suisse Alan Roura pour l’accompagner sur cette course.

” Je suis ravi qu’Alan ait accepté de courir la Monaco Globe Series à mes côtés. J’ai une grande admiration pour son parcours, sa façon de mener à bien son projet, et il connaît la Méditerranée“.

Et Alan de rajouter “Je suis très heureux que Manu ait fait appel à moi pour naviguer à ses côtés à bord de Groupe Sétin. C’est quelqu’un que j’ai connu lorsque nous naviguions tous les deux en Class40, avec qui je m’entends très bien, et dont je suis admiratif du parcours”.

Un parcours exceptionnel

Cette épreuve d’environ 1000 milles est aussi la première organisé en Méditerranée pour des IMOCA. Son parcours, très technique, impose des marques de parcours qui passent par la Corse via les célèbres Bouches de Bonifacio, la Sardaigne, la Sicile, pour ensuite rallier Monaco.

Une première nuit très humide

Les premières nouvelles de l’équipage nous sont parvenues ce matin. Elles ont mis l’équipage à rude épreuve, alternant grains violents et orages. Mais ce matin, le soleil ayant refait son apparition, Manuel et Alan ont pu se reposer. Nul doute, ils continuent de se batailler pour rester dans la course. Il faut profiter du petit temps lorsqu’il se présente pour essayer de remonter les bateaux plus performants, et mettre au point des stratégies efficaces en terme de routage.

 

 

https://www.yacht-club-monaco.mc/fr/evenements/20-18/monaco-globes-series/le-classement/

 

 

 

Une première course physique et technique

La saison débute plutôt bien pour Groupe Sétin qui se qualifie d’emblée pour la Route du Rhum- Destination Guadeloupe lors de la Bermudes 1000 Race reliant Douarnenez à Cascais au Portugal. C’est aussi l’occasion pour Manuel Cousin de faire une entrée remarquée dans le circuit des 60 pieds IMOCA, lors d’une solitaire particulièrement physique et tonique. Une chose est sûre, il a pris la mesure de sa nouvelle monture !

La Monaco globe Series en ligne de mire

Fort de cette réussite, le skipper et le sponsor ont pris la décision de rajouter une course au programme déjà bien chargé, la Monaco Globe Series. Elle permettra à Groupe Sétin de se qualifier plus rapidement pour le Vendée Globe 2020, l’objectif majeur du projet. Et pour cela, Manuel Cousin a choisi de la disputer en double avec Alan Roura, dont le bateau est actuellement en préparation. un duo qui nous réserve de belles surprises sur l’eau.

 

13/05/18 – Cascais (POR) – Bermudes 1000 Race – © Ricardo Pinto |

 

13/05/18 – Cascais (POR) – Bermudes 1000 Race – © Ricardo Pinto | Bermudes 1000 Race – Douarnenez | Cascais – Arrivals – Manuel Cousin and Groupe SETIN arrives at Cascais